Se soustraire à l’autorité de ses parents, selon Freud, par Sophie O’Miel (compte-rendu)

Sophie O’Miel a présenté ce mardi 28 mai 2013, l’article de Sigmund Freud, « Le roman familial des névrosés« .

Ce texte est à la fois court, précis et tranchant sur le rapport des enfants à leurs parents. Le but ultime du développement de l’enfant est de se rendre indépendant de l’autorité de ses parents. Au point que ces parents lui deviennent « étrangers ».

Cela commence par l’éviction de l’amour des parents pour l’enfant. Ce fait initial met en branle la construction du roman familial qui est une réponse de l’enfant. Cette réponse ayant plusieurs versions que Freud tente de discerner dans les jeux des enfants, les rêves éveillées et les rêves tout court.

La discussion animée a permis d’illustrer ces réponses de l’enfant par les exemple personnels ou provenant de la pratique des intervenants, qui montrent la pertinence de l’observation freudienne.

La question a été posée aussi de l’importance de ce roman pour les enfants dont les parents sont séparés ou inconnus de l’enfant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s